AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur I Need the Doctor !
n'oubliez pas de voter pour nous !
Intrigue et sujet commun : Les anges pleureurs
est ouverte !
AVIS ~ aux membres du forum : le remerciement pour vous des admins

Partagez | 
 

 i'm burning up a sun just to say goodbye (rose+ten)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

i'm burning up a sun just to say goodbye

Messages : 345
Date d'inscription : 01/10/2012
avatar : David Tennant

à l'intérieur du tardis
disponibilité rp: pas dispo.
Les gens à prevenir:
boîte à outils:
MessageSujet: i'm burning up a sun just to say goodbye (rose+ten)   Lun 15 Oct - 7:39


“ Rose & Ten „

❝ Très juste. Et je suppose que ceci est la dernière fois que je pourrais le dire : Rose Tyler... ❞

Quand on est forcé par le destin à laissé sur le côté celle que l'on aime, je peux vous dire qu'on maudit le destin jusqu'à la fin de sa propre vie. Mais la vie qu'est ce que c'est ? C'est vrai, nous sommes conditionné pour grandir, apprendre, aimer avoir mal, se reconstruire et mourir. Mais on ne retient que les choses malheureuses, on ne retient que ce qui nous fait mal, on ne retient que nos peine de cœur et l'objet de nos désirs qui s'est perdue de l'autre cotée d'une barrière. Une cloison, une simple cloison, un mur, ou même une deuxième dimension. Être séparé de la personne que vous aimé parce que le destin en à décidé autrement vous fait oublier tout le positif qu'il vous est arrivé dans la vie, et vous laisse seul, malheureux et le cœur vide, enfin, et les deux cœurs vides. Quelques fois, le Docteur s'était dis que si il n'avait pas eu deux cœurs mais un seul, qu'il serait déjà mort de chagrin, mais pour la première fois depuis longtemps, même de la première fois depuis toujours, ses deux cœurs étaient prêt à s'arrêter. Tellement il souffrait tellement il avait mal. Il ne l'avait et ne l'aurait jamais dis à personne, mais le manque de Rose se faisait sentir dans tout son corps, dans ces organes et dans son cerveau. Il cherchait sans cesse après elle, partout ou il allait, il cherchait des coïncidences, des choses qu'elle aimait, des choses qui lui faisait penser à elle, elle lui manquait et il aurait pu sacrifier sa vie de Seigneur du temps contre sa vie avec elle. Lorsque la solution au problème de Rose était apparue devant lui comme le nez en plein milieu du visage, il s'était décidé à allé la rejoindre, à brûlé un soleil pour pouvoir lui faire arrêter de souffrir, parce qu'il savait qu'elle souffrait. Rose Tyler avait-il commencé de dire avant que la connexion entre leur deux univers parallèles ne s'interrompe le laissant abattu, seul dans sa grande cabine qu'était le TARDIS. Les semaines qu'il avait passé loin de Rose n'avait pas été totalement sombre pour lui, il avait rencontré deux autres compagnes, mais une ne faisait qu'essayé de prendre sa place et l'autre, sa meilleure amie, avait réussit à le faire sourire, ce qui n'était pas une chose simple à faire. Pourtant quand il la vit devant elle sur cette baie, il ne pu s’empêcher d'avoir les deux cœurs serrés. Si il pouvait lui faire passer sa tristesse avec son double mi-humain mi-seigneur du temps, et qu'il savait en plus qu'il grandiront et mourront ensemble, rien ne pouvait lui faire plus plaisir.

Je vais vous passer le moment ou la faille à emporter Ten et Rose ensemble, main dans la main dans le Londres de maintenant, je vais vous passer le moment ou il crut qu'il allait mourir dans les bras de celle qu'il aimait avec celle qu'il aimait, parce que durant un instant, il se dit qu'il allait mourir en étant heureux. Je vous vous passer le moment ou ils se sont rendu compte qu'il était dans une pièce sombre avec lui, et encore lui. Le moment ou ils ne s'étaient pas tout de suite rendu compte qu'ils étaient la ensembles tous les deux. Il ne voulait pas que tout le monde le voit sourire, le voit être heureux, de toute façon sa onzième version savait exactement ce qu'il ressentait. Il croisa le regard de eleven qui lui fit un énorme sourire comme si il était soulagé qu'elle soit ici avec lui. Un sourire de soulagement, avec une pointe de jalousie. Lui aussi était passé par le moment ou il avait du abandonner rose avec son double, et lui avait vécut toute cette solitude par après. Mais elle était bien la, et ten l'avait remarqué dès que la lumière avait disparut, il avait sentit la chaleur de la main de rose dans la sienne, et pouvait sentir son cœur accélérer de la pointe de ces pieds jusqu'à la pointe de ces cheveux. Elle était bien la, en chair et en os. Ils avaient d'abord passé leur temps à comprendre ce qu'il s'était passé en vain, jusqu'à se présenter et faire connaissance, tout était si étrange. Nine ne connaissait pas encore Rose, Ten ne connaissait pas encore Amy et Rory, et Eleven, et bien Eleven avait une tête d'enfant et il regardait son passé avec énormément d'émotion. Durant une bonne heure, les trois docteurs commencèrent à réfléchir à comment le TARDIS avait pu faire cela, à ce qu'il avait pu se passer, au pourquoi du comment les trois tournevis étaient en panne et surtout pourquoi est-ce qu'ils avaient été envoyée tous ici, pendant ce temps, les anciens les nouveaux et les compagnons actuelles apprenaient à faire connaissance. Une heure seulement, une longue et interminable heure, une heure pendant laquelle il n’arrêtait pas de regarder après Rose pour voir si tout cela était bien réelle, si elle était vraiment réelle, et si il ne faisait pas que de rêver. Le voyage avait été si court et pourtant si long, les docteurs étaient en forme, les compagnons avaient subit le voyage temporelle, surtout le voyage à travers deux dimensions pour Rose. Il était temps de se retirer, de se reposer, il était temps pour Ten de dire à Rose, dire à Rose ce qu'il pensait vraiment.

Ils avaient marché jusqu'à se retrouver dans le coeur même de Big Ben. Big Ben qui avait une énorme source d'énergie, peut-être que branche le Tournevis sonique à Big Ben le permettrait de le faire refonctionner. Il s'était proposé et Rose n'avait fait que le suivre, il était repartit en route pour de chouette aventure, mais jusque quand? C'est vrai pour que toutes les réalités repartent sans paradoxe, il aurait fallut que Rose retourne dans son univers parallèle, et lui il fallait qu'il continue à vivre sans elle, car tout ce qu'il pouvait changé dans le passé aurait pu avoir de grave conséquence dans le futur. Il était en haut de Big Ben qui sonnait une heure du matin. Durant tout le chemin, ni lui ni Rose n'avait parlé à l'autre, on aurait dis deux enfants qui était trop gêné pour se parler. C'était le cas...Il chipota au tournevis durant une bonne demi heure laissant Rose juste à coté de lui regardant le paysage de Londres assouvit par de lourds flocons de neiges. Il s'arrêta avant de regarder Rose, sa Rose Tyler. Il déposa son tournevis. Qu'allait-il lui dire, qu'allait t'il faire? « Rose Tyler » elle s'arrêta avant de le regarder, il s'avança vers elle avant de lui faire ce sourire que elle seule savait aimer. « Hello ! ». Il n'avait pas changé, il était toujours le premier à dire des choses, hors de leur contexte mais c'était Rose Tyler, sa Rose Tyler, celle pour qui il avait brûlé un soleil pour lui dire au revoir, celle qui la connaissait bien mieux que tout le reste du monde, celle qui comprendrait que c'était comme cela qu'il profitait des moments de la vie.

_________________

~no light, no light in your bright blue eyes.~
Felt it in my fist, in my feet, in the hollows of my eyelids. Shaking through my skull, through my spine and down through my ribs. No more dreaming of the dead as if death itself was undone @ tumblr, lj + florence and the machine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 110
Date d'inscription : 10/10/2012
avatar : billie piper

à l'intérieur du tardis
disponibilité rp: libre.
Les gens à prevenir:
boîte à outils:
MessageSujet: Re: i'm burning up a sun just to say goodbye (rose+ten)   Ven 19 Oct - 9:59


How long are you going to stay with me? Forever.
Well, that's what I thought

Nous ne savons jamais quand la vie nous séparera. Cela peut nous tomber dessus à chaque instant, sans même s'y attendre. Au départ, nous ne comprenons même pas ce qu'il arrive. Généralement. Ce jour-là, dès que Pete Tyler, mon père dans un monde parallèle vint me sauver d'une fin tragique, j'étais parfaitement consciente. Je savais très bien que tout allait changer, que plus rien ne serait pareil. Nous étions séparés pour toujours, alors que quelques instants avant, nous éprouvions un plaisir fou à voir tous ces daleks et cybermen se faire aspirer. Nous avions réussi, nous avions accompli notre devoir. L'expression de son visage me hanta pendant longtemps. La dernière image que j'avais de lui était l'horreur. Oui. Pour la première fois, il n'allait rien pouvoir faire. Il était condamné. Impuissant face à cette scène, il ne pouvait que rester en retrait. Rien de plus. Je ne cessais d'imaginer notre vie si nous n'avions pas été séparés si tôt. Quelle planète aurions-nous explorée ? Quel univers aurions-nous sauver de la destruction ? Mais surtout, quel aurait été l'accomplissement de notre relation. Les dix-neuf premières années de ma vie, il ne m'arriva rien de spectaculaire. Tout était d'un calme plat. J'avais l'impression de n'être rien. Je n'avais aucune importance, je n'étais qu'une simple vendeuse dans un magasin quelconque. Mais le Docteur fit son apparition. Et pour la première fois de ma vie, je me sentais utile. Le destin fait bien les choses, il nous permis de rencontrer des personnes extraordinaires. Des personnes que jamais je n'oublierai. Cependant, il lui arrive d'être cruel, beaucoup trop. Malgré le danger qui nous guettait à chaque instant, j'étais heureuse. Au plus profond de mon être, j'étais convaincue que plus rien ne pourrait briser ces instants parfaits. Mais comme beaucoup le disent, il ne faut jamais dire jamais. Cette expression prit tout son sens alors à mes yeux. A présent, vivre était encore plus difficile. Être arraché de la personne que l'on aime subitement ne laisse pas intact. Bien sûr, ma mère, Mickey et le double de mon père étaient présents pour moi, je le savais. Mais en dépit de tout l'amour, de tout le soutien qu'ils me portaient, cela ne m'aidait pas aller mieux. Il m'arrivait de leur sourire, de temps en temps, histoire de le faire croire que j'allais mieux. Pas de tromperies avec Mickey et ma mère, il me connaissait trop bien pour être bernés de la sorte. La vie reprit donc son cours, obligée de fréquenter dans un monde qui n'était pas le vôtre, et il fallait s'y adapter. Souvent avant de me coucher, je m'asseyais sur le rebord de ma fenêtre, à regarder les étoiles. J'espérais avoir un signe du Docteur, quel qui soit. Quelque chose me prouvant qu'il pensait toujours à moi. Ma mère me surprit même plusieurs fois à discuter seule, comme s'il allait m'entendre. Tout était redevenu normal, la vie était de nouveau calme, du moins, cela l'était pour les autres humains. Pour moi, celle-ci n'avait jamais été aussi dure. Quant à ma mère, elle comprenait parfaitement l'épreuve que je traersais, son mari étant décédé très jeune. Mon seul lot de consolation, ce qui me fait croire que toute cette douleur n'est pas vaine, est de voir Jackie plus heureuse que jamais. De nouveaux réunis, ils pouvaient à présent vivre leur vie, tout simplement. Bad Wolf Bay, quelque part en Norvège. Une voix m'avait guidée jusque-là, une voix qui m'était familière en laquelle j'avais une totale confiance. C'était celle du Docteur. Celui-ci faisait brûler un soleil, nous laissant la possibilité de nous parler, une dernière fois. Se revoir, pour se quitter encore une fois. Encore et toujours.

De nouveau cette baie. Beaucoup de choses se passèrent entre temps. Le Docteur rencontra de nouvelles compagnes. Nous évoluions chacun de notre côtés. Cependant, il était impossible de l'oublier. Mais lorsque celui-ci me présenta son double humain, la possibilité de vivre enfin heureuse m'effleura l'esprit. La possibilité seulement. Car tout cela n'était qu'une illusion. Ce n'était pas lui. Et aussi parfaite que soit la ressemblance, il ne sera jamais mon Docteur. Lorsque ce flash apparut soudainement, je me dirigeais instinctivement vers l'original, le seul et l'unique. Celui dont j'étais tombée amoureuse et pour qui mes sentiments étaient intacts à ce jour. Une faille nous emporta dans une pièce sombre, avec d'autres personnes. Plus de baie mais une lieu qui nous étais inconnu. C'était un miracle. Nos doigts étaient toujours entrelacés. Nous étions toujours ensemble, en un seul morceau qui plus est. Je ne cessais de le regarder. Mes mains vinrent se poser sur son visage, puis dans ses cheveux (que je mis en bataille par la même occasion). Et une loooongue étreinte qui marquait nos retrouvailles. Encore une fois, ce bonheur vint à être rompu par une autre nouvelle : le TARDIS n'allait pas bien. Tout était déréglé. Voilà pourquoi les trois formes du Docteur ainsi que ses compagnons se retrouvaient réunis. Non loin, j'apercevais un jolie rousse et un homme qui la tenait dans ses bras. Un sourire s'afficha sur mon visage lorsque ceux-ci se rendirent compte que tout allait bien. J'imaginais leur bonheur à cet instant, tout comme était le mien. Pourtant, je ne connaissais pas leur histoire, et ne savais pas qui ils étaient. Mais quelque chose me portait à croire que nous n'étions pas si différents. Nous avions de nombreux points communs. Le plus important était le Docteur. Encore une fois. Décidément, il était partout ! Mais cela ne me dérangeait absolument pas. J'avais enfin le sentiment d'être complète. Il fallait très vite se remettre au travail, trouver ce qui n'allait pas. Notre premier après-midi n'était donc pas de tout repos. De nombreuses hypothèses se créèrent, mais aucune ne nous convenait réellement. Nous cherchions toujours, sans relâche. Jusqu'à ce que la lumière du jour ne cède sa place à l'obscurité de la nuit.

Big Ben. Le Docteur et moi nous y étions rendus dans le but de comprendre ce qu'il se passait. L'horloge dégageait une importante source d'énergie selon lui, et nous y rendre était peut-être la clé de nos questions. Nous marchions dans les rues de Londres. Tout en avançant, je ne cessais de lui lancer des coups d’œil tout en souriant. Nous étions de nouveau réunis le temps de cet incident, certes. Mais lorsque nous aurions résolu ce problème, quelle allait en être l'issue ? Repartir dans nos mondes respectifs ? Je ne me sentais pas capable. Je ne pouvais plus supporter cette peine. Je devais tout faire pour que l'on puisse rester ensemble. Enfin, nous. Puisque le Docteur avait probablement une petite idée en tête également. Prise dans mes pensées, le chemin jusque l'horloge se fit en silence. Un silence plutôt gêné dirons-nous. En réalité, je ne savais absolument pas par où commencer. J'avais imaginé nos retrouvailles tellement de fois. Je m'étais imaginée tous les scénarios possibles mais devant le fait accompli, je restais comme une enfant. Au sommet du monument anglais, nous avions une vue imprenable sur l'ensemble de la capitale. A cela s'ajouta des flocons de neige. L'atmosphère était tellement … magique. Je n'arrivais toujours pas à y croire, même si toutes les preuves étaient assemblées pour me faire comprendre que ce moment se passait réellement. Instinctivement, ma main vint attraper la sienne. « Rose Tyler. Hello ! » Mon cœur battait de plus en plus fort, d'autant plus qu'il affichait ce sourire qui me plaisait tant. Il était toujours le même, et j'adorais cela. Prise d'un rire face à lui, je m'arrêtais pour lui répondre à mon tour. « HELLOOOO » dis-je tout en prolongeant la dernière syllabe. Et je souriais de nouveau. Mon visage était comme figé. Je n'arrivais pas à paraître neutre, impossible. « Ce n'est pas un rêve, vous êtes vraiment là. » L'instant d'après, je me jetais dans ses bras. Profitant de chaque seconde en sa présence, je ne pouvais en aucun cas me porter mieux que je ne l'étais à cet instant. Quelques larmes coulèrent le long de mes joues, essayant tant bien que mal de les estomper, pour ne pas qu'il s'en rende compte. Le son de ma voix était plus doux, plus bas. « Nous avons réussi, nous avons enfin réussi. »

_________________

.i'm never gonna leave you ~
i dreamed i was missing, you were so scared but no one would listen cause no one else cared. after my dreaming i woke with this fear what am I leaving when I'm done here. and don't resent me, and when you're feeling empty keep me in your memory. leave out all the rest. leave out all the rest.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

i'm burning up a sun just to say goodbye

Messages : 345
Date d'inscription : 01/10/2012
avatar : David Tennant

à l'intérieur du tardis
disponibilité rp: pas dispo.
Les gens à prevenir:
boîte à outils:
MessageSujet: Re: i'm burning up a sun just to say goodbye (rose+ten)   Dim 21 Oct - 11:13

i'm burning up a sun just to say goodbye


Rose tyler juste devant lui c'était un peu comme la fin d'un cauchemars qui avait duré des jours et des jours mais alors qu'en réalité il n'avait duré que quelques secondes. Mais avec Rose c'était bien pire que cela, le cauchemars avait tourné au ralentit, il n'avait pas duré des secondes et des minutes, mais au contraire il avait duré des jours, des semaines et de longs mois. Mais ce temps était révolu, enfin en partie. Mais le temps c'était son domaine, il pensait continuellement au temps, le temps avant après et surtout pendant. Le temps détruit tout. On dit que lorsqu’on rencontre l’amour de sa vie, le temps s’arrête. Et bien c’est vrai... Ce que l’on ne vous dit pas, c’est que quand le temps reprend son cours, il file à une vitesse folle pour rattraper son retard. Mais tout était tellement si étrange, c'est vrai, Rose était la devant lui alors qu'il y a encore quelques heures, il se préparait à se séparer d'elle pour de bon, la laissé continuer à vivre sa vie d'humaine et lui allait continuer à vivre sa vie de Seigneur du temps. Comment reprendre le cours de son ancienne vie, comment continuer, lorsque dans son cœur on commence à comprendre qu’on ne peut plus retourner en arrière. Il y a des choses que le temps ne peut cicatriser, des blessures si profondes qu’elles se sont emparées de vous. « Ce n'est pas un rêve non...Mais c'est un magnifique Paradoxe » puis ni une ni deux, il se jeta sur Rose pour l'enlacer fort aussi fort qu'il ne l'avait jamais fait et aussi fort qu'il ne le ferait jamais. Ce moment était unique, ce moment était tellement magique. Il souriait en la serrant, et elle faisait pareil, il le sentait, il sentait aussi son cœur s’accélérer et il savait qu'elle pouvait sentir son cœur, enfin plutôt ses cœurs accélérer dans ce que l'on pouvait appeller sa cage thoracique.

C'est vrai ils avaient réussi, enfin avaient-ils vraiment réussit, c'est vrai ils n'avaient pas vraiment entreprit quelques choses pour se retrouver, enfin elle peut-être mais lui il avait, contre son gré, réussit à se créer un double mi humain mi seigneur du temps près à passer le reste de sa vie avec non pas la fille qu'il aimait, mais la fille que lui aimait, enfin si il savait qu'il l'aimait, mais il n'était pas lui out de même. C'était une sorte de lot de consolation, mais c'était vraiment tout ce qu'il y avait eu de mieux pour elle. Après s'être lâché, il pensa au fait que le paradoxe ne pouvait durer si longtemps, le paradoxe ne pouvait pas s'arrêter la, il aurait fallut un moment ou un autre ou Rose Marion Tyler repartirait dans son monde parallèle en compagnie de Jackie de Mickey, et d'une partie de ces souvenirs. C'est vrai, si il restait ici dans un Londres avec Rose, tout aurait pu changé pour sa onzième transformation, tout aurait pu être différent pour le temps, l'espace, l'univers, la terre, l’Angleterre, les Ponds, River Song, et même pour Rose. Ce qui était marrant c'était de penser à Rose alors que le monde, même l'Univers était en danger. Puis alors qu'il pensait à l'univers qui s'écroulait, le temps qui n'était plus, il repensa à cette avant dernière fois ou il l'avait "vue". La fois il avait presque passe le cap, passé le pas. Il se souvient de la douleur qu'il avait ressentit, de la tristesse et de cette colère contre le monde mais surtout de cette haine contre ce qu'il était, contre la race qu'il était qui l'empêchait de pouvoir aimer quelqu'un en entier.

Il la regarda encore et encore, celle qu'il aimait regarder sourire, c'était ce même sourire qu'elle lui avait fait quand il avait voyagé ensemble pour la première fois après sa dixième régénération, ce même sourire où il était marqué docteur, je suis heureuse avec vous. C'était ce visage qui lui manquait, ce visage qu'il - malgré lui - aimait voir pleurer, aimait voir rire mais aussi ce petit visage de guerrière qui savait s'adapter à toute les situations qui était en fait tout ce qu'il était lui. « Rose, vous savez pour Bad Wolf Bay » puis il s'arrêta. Il ne savait pas trop par ou commencer, soit il commençait par lui dire en face la fin de sa phrase, soit il finissait par s'excuser pour le double mi-humain mi-seigneur du temps, ou alors il devait s'excuser pour le fait que c'était de sa faute si elle était si malheureuse. Mais d'un côté il l'avait prévenue.... Puis il respira encore une fois, ferma les yeux et la regarda de nouveau. « Rose Tyle.... » puis il abaissa la tête une nouvelle fois, et il sourit. De toute façon, elle le sait....

_________________

~no light, no light in your bright blue eyes.~
Felt it in my fist, in my feet, in the hollows of my eyelids. Shaking through my skull, through my spine and down through my ribs. No more dreaming of the dead as if death itself was undone @ tumblr, lj + florence and the machine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 110
Date d'inscription : 10/10/2012
avatar : billie piper

à l'intérieur du tardis
disponibilité rp: libre.
Les gens à prevenir:
boîte à outils:
MessageSujet: Re: i'm burning up a sun just to say goodbye (rose+ten)   Mer 24 Oct - 1:46


J'ai toujours aimé la neige. Encore plus lorsque nous étions en période de Noël. Cela apportait une touche de magie à la fête. Du haut de Big Ben, j'apercevais une fine couche blanche recouvrir la ville. Cela n'empêchait pas aux décorations lumineuses de fonctionner, ce qui rendait le tout harmonieux. Tout était si parfait, tellement que je serais restée ici pendant de longues heures avec lui à parler de tout et de rien. Il fallait bien rattraper ces longs mois séparés l'un de l'autre. Je n'étais plus qu'une simple vendeuse dans un magasin, j'avais évolué. En bien principalement, grâce au Docteur. Et nous revoilà. « Un magnifique paradoxe, oh oui. » Je sentais ses deux cœurs battre aussi vite que les miens – si ce n'est plus – et je savourais chaque seconde de notre étreinte. Nous ne saurons jamais quand sera la dernière, alors autant faire comme si ce moment allait se produire dans un futur très proche. J'aimerais tellement que le temps s'arrête, juste là. Que Big Ben cesse de compter les minutes et les heures. « J'imagine que nous avons plus de deux minutes cette fois-ci ? » Mon sourire de cessait de s'agrandir. Les yeux rivés sur lui, je n'arrivais pas à le lâcher. D'ailleurs, ma main serrait toujours la sienne. Et c'était mieux ainsi. Le Docteur et moi ensemble, comme cela aurait dû l'être. Comme cela l'était au début. Mais une question ne cessait de me torturer l'esprit. « Docteur, jusque quand allons-nous rester ensemble ? » Quel était l'intérêt de se retrouver s'il fallait se quitter l'instant d'après ? Cela provoquerait encore plus de peine et de douleur. Tout était si calme pour le moment, et cette tranquillité en devenait même angoissante. Quelques heures auparavant, je fis la connaissance de sa prochaine régénération ainsi que de ses nouveaux compagnons. Qu'allait-il advenir d'eux si nous décidions de chambouler le futur entier ? Rien de bon, oh non. Ma place n'était plus de ce monde, et je devais m'y résoudre. Tôt ou tard, on me rappellerait. L'inconnu ferait de nouveau surface. La vie est ainsi, faîte de choix. Et cela ne plaît pas toujours. Mais même si cette situation venait à se présenter, que nous devions repartir de nouveau, j'aurais probablement passé la plus merveilleuse soirée depuis bien longtemps. Je vous l'assure. « Non, laissez tomber. Ce n'est pas le moment d'y penser. » En effet, il faut tout simplement profiter.

Le Docteur ne me lâchait plus du regard, et je n'allais pas m'en plaindre. Ce sourire m'avait tellement manqué. Celui qui réussissait à me rendre heureuse, me faire oublier tous mes problèmes. Ce sourire signifiait tellement pour moi. Il me prouvait qu'avec lui, tout, absolument tout était possible. Il suffisait juste d'y croire. Lorsqu'il évoqua Bad Wolf Bay, un frisson me parcouru de la tête au pieds. Celui-ci l'avait probablement remarqué. Rien ne lui échappait. C'était le lieu de nos derniers adieux, mais également celui de nos retrouvailles. Malgré tout, je n'arrivais pas à apprécier cette plage, aussi jolie soit-elle. Elle marquait la fin. Il y a encore peu de temps, nous nous apprêtions à nous quitter, une fois encore. Son double humain à mes côtés représentait probablement pour lui une toute nouvelle vie, un nouveau commencement pour moi. Mais sa simple présence me prouvait que tout était terminé. Qu'il n'y avait plus d'espoirs. Jusqu'à ce que deux-mille douze ne nous accueille. J'attendais toujours, encore et encore. Cette fois-ci, j'avais décidé de ne plus attendre. C'était maintenant ou jamais. Comme la dernière fois, il dit mon prénom puis mon nom. Et la suite ? La suite devait venir. Absolument. « J'aimerais l'entendre de votre bouche, Docteur. Et de personne d'autre. » répondis-je lorsqu'il se coupa dans son élan. Il fuyait toujours mon regard. D'une main, je relevais son menton. Pas le droit de baisser les yeux, on se reprend, alleeez ! « Il n'y a aucune issue. Juste vous et moi, au sommet du Big Ben. » Un petit sourire de satisfaction au coin de ma bouche, je repris tout en me penchant légèrement dans le vide. « Hormis celle-ci. Mais il ne faut avoir le vertige. »

Spoiler:
 

_________________

.i'm never gonna leave you ~
i dreamed i was missing, you were so scared but no one would listen cause no one else cared. after my dreaming i woke with this fear what am I leaving when I'm done here. and don't resent me, and when you're feeling empty keep me in your memory. leave out all the rest. leave out all the rest.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

i'm burning up a sun just to say goodbye

Messages : 345
Date d'inscription : 01/10/2012
avatar : David Tennant

à l'intérieur du tardis
disponibilité rp: pas dispo.
Les gens à prevenir:
boîte à outils:
MessageSujet: Re: i'm burning up a sun just to say goodbye (rose+ten)   Mer 24 Oct - 14:48

i'm burning up a sun just to say goodbye


Et quel magnifique paradoxe, il n’aurait pas pu rêver mieux le voyageur du temps et de l'espace. C'est vrai enfin c'était une sorte de concept aussi, Mais d'un point de vue objectif d'un point de vue "humain" tout en pouvais être plus parfait et plus magnifique que ce paradoxe. Il se répétait sans cesse dans sa tête qu'il avait tellement de chance d'être la, tellement de chance de pouvoir a nouveau la serrer dans ces bras et tellement de chance de pouvoir voir à nouveau ce magnifique sourire qui lui avait tant manqué. Mais il était mal à l'aise, lorsqu'il l'avait quitté sur la bai, il savait qu'il s'agissait de la dernière fois qu'il voyait la jolie Rose Tyler et qu'il fallait qu'elle sache pour ne pas s'évanouir à tout jamais avec un sentiment à moitié remplit, avec ces questions qu'elle aurait pu se poser, mais ici c'était différent, elle n'allait pas se séparer tout de suite, elle n'allait pas disparaitre dans une faille et elle n'allait pas exploser, ou même imploser, bref ils n'allaient pas être séparé dans les minutes et même les heures qui arrivaient, ils avaient le temps, il avait le temps de passer le temps avec elle. Même si en ce moment le temps il n'aimait pas trop cela. « Pas assez longtemps à mon avis ma Rose Tyler » Puis il s'arrêta de parler, il s'arrêta de respirer durant deux minutes. Pour un seigneur du temps ce n'était pas bien difficile de ne plus respirer durant deux petites minutes. le silence n'était pas pesant de tout, il s'arrêta de parler durant deux minutes exactement deux minutes. Il savait que les deux minutes qu'elle attendait n'allait pas la faire disparaitre il savait que si ils avaient deux minutes maintenant, ils en auraient encore bien d'autre par après. Il recommença à respirer grâce à une bonne bouffée d'air. « On dirait bien que nous avons plus de deux minutes » puis il lui sourit de nouveau, vous savez ce sourire du docteur celui qu'il a arrêter de faire quand il l'a perdue pour de bon. Puis il réfléchit, il pensa à sa prochaine régénération, il pensa à la vie qu'il allait continuer après, après si tout avait continué, il aurait changé de tête, aurait rencontré des gens extraordinaires, un couple de petits jeunes mariés, d'ailleurs il ne se souvenait plus de leur noms ni même de leurs prénoms, il se souvint du regard que sa prochain régénération avait lancé à ce couple, ce regard de bonheur, et cette solitude qui était si grande auparavant qui avait été réduite avec le temps, peut-être qu'il n'avait plus Rose, mais il avait retrouvé une famille. Il n'entendit pas ce que Rose lui racontait, ce qui n'était pas son genre, mais il était bien trop préoccupé par trop de chose pour se concentrer sur une seule chose.

Il n'y avait rien qui rendait le docteur rouge prêt à se cacher, vraiment rien et je crois même que ce sentiment était inexistant chez lui, pourtant l'idée lui traversa dans la tête. C'était une phrase qu'il avait rêvé d'entendre mais surtout il s'agissait d'une réponse qu'il avait rêvé de dire dire et encore redire. Mais rien n'y faisait, il avait beau voyager dans le temps et dans l'espace il n'avait pas prévu de lui dire en vrai, il avait seulement rêver de cela et les rêves ne sont pas spécialement son point fort. Il ne savait pas quoi dire, et il ne savait pas quoi faire, c'était le genre de situation qu'il ne connaissait pas non plus. L'ignorance n'était pas pour lui, c'est vrai, il avait combattu des anges, vu des planètes imploser, survécut à des failles et exterminés des daleks, mais il n'était pas capable de répondre à une jeune femme de ...d'ailleurs quelle âge avait Rose Maintenant? quand on voyage à travers le temps et l'espace dans le TARDIS les anniversaires, et même les jours de congés on à tendance à tout oublier. Il avait toujours Rose dans ces bras, elle s' agrippait encore à lui serrant de plus en plus fort. C'était leur moment à eux, leur moment décisif, ils avaient rêvé de cela durant les mois qui les avaient séparés. « Rose Tyler je... » tout allait sortir d'un coup, tout pouvait être parfait trois stupides mots, il avait combattu son peuples, et les cyberman. Trois petites mots et big ben sonna. Ces yeux s' écarquillèrent et il ouvrit la bouche en grand. « Rose Tyler je crois que j'ai trouver une idée pour recharger le tournis. Vous êtes merveilleuse » il se détacha d'elle avant de se retourner en courant vers son tournevis. Alors qu'il était en face de celui-ci il fit demi tour et revint sur ces pas. Il arriva en face de Rose avant de lui embrasser tendrement le front. Il avait trop peur, peur de lui dire et qu'elle disparaisse. Son baiser dura longtemps, encore plus longtemps que ceux de d'habitude. Cela faisait longtemps, trop longtemps qu'il ne l'avait pas fait, trop longtemps qu'il en avait envie.

Spoiler:
 

_________________

~no light, no light in your bright blue eyes.~
Felt it in my fist, in my feet, in the hollows of my eyelids. Shaking through my skull, through my spine and down through my ribs. No more dreaming of the dead as if death itself was undone @ tumblr, lj + florence and the machine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 110
Date d'inscription : 10/10/2012
avatar : billie piper

à l'intérieur du tardis
disponibilité rp: libre.
Les gens à prevenir:
boîte à outils:
MessageSujet: Re: i'm burning up a sun just to say goodbye (rose+ten)   Mar 13 Nov - 7:58



« Pas assez longtemps à mon avis ma Rose Tyler » Une petite moue se dessina sur mon visage. Il avait totalement raison. Nous ne savions pas de quoi allait être le lendemain, quand arrivera la fin de ce paradoxe. Mais dans tous les cas, le temps passé ensemble sera court, beaucoup trop court. Et cette fois-ci, pas de TARDIS pour repartir en arrière. Il fallait juste attendre que cela se passe. Un silence s'installa. Non pas gênant, mais plutôt amusant. Le Docteur ne parla plus pendant deux minutes exactement. Et il en profita également pour retenir sa respiration en cet instant. Puis il sourit. Encore une idée que lui seul aurait pu avoir. Je n'imagine pas quelqu'un d'autre agir ainsi lors d'une conversation sans vraiment avoir l'air ridicule. Ce petit côté imprévisible et drôle lui était bien propre. « On dirait bien que nous avons plus de deux minutes » Deux minutes symboliques. Un laps de temps assez court pour marquer à jamais nos esprits. Tellement de choses peuvent se passer en deux minutes quand on y réfléchit bien … « Très bonne déduction ! » Le regard en direction de l'extérieur, celui-ci regardait le Londres enneigé, plongé dans ses pensées. Il devait se poser tout un tas de questions plus compliquées les unes que les autres. Il reprit cet air sérieux qu'il adoptait lorsque les situations étaient plutôt graves. Nous étions en deux-mille-douze, le passé se mêlait au présent et le futur se joignit à la fête. Coincée dans mon monde parallèle, je n'avais cessé de penser à lui, ce qu'il pourrait faire et surtout, les personnes qu'il avait rencontrées. De mon côté, le cap fut difficile à passer, même si au final, il ne l'a jamais été. J'espérais juste qu'il était heureux, que ses journées ne paraissaient pas aussi longues et vides que les miennes. Des questions qui ne trouvèrent aucunes réponses jusqu'ici. A la réunion des trois espaces temporaux, j'eus donc la possibilité d'apercevoir son futur-lui. Même s'il était difficile d'admettre qu'il avait de nouveau frôlé la mort, il s'en était quand même sorti. Malgré les événements qui bousculèrent sa vie pendant ses neuf-cent ans d'existence, il avait toujours réussi à garder cette force intacte. Une force surhumaine, c'est le cas de le dire. Rory et Amy, à la longue chevelure rousse somptueuse, semblaient être les compagnons de ce onzième Docteur. Ils l'avaient toujours connu sous cette apparence, il était leur Docteur comme Ten était le mien. Ce sourire enfantin et le regard plein de malice que j'aimais tant semblait être de nouveau présent. Et cette simple vision, de quelques secondes seulement, réussit à me convaincre que quoiqu'il arrivera, tout ira parfaitement bien. Qu'il se relèverait encore et toujours, comme d'habitude. C'était le plus important.

Je sentais le rythme de ses deux cœurs s'accélérer. A une vitesse telle qu'un simple humain ne saurait survivre. Desserrant légèrement mon étreinte pour pouvoir apercevoir son visage, je ne le quittais pas des yeux, comme pour intensifier mes paroles. Généralement, dans ce genre de situation, on cède vite à la pression. Apparemment, cette technique ne fonctionnait pas sur lui. Et là, c'est le drame : Big Ben vint s’immiscer entre notre conversation pourtant si intéressante. « Sauvé par le gong. » soufflais-je doucement tout en souriant. Ce n'était pas pour cette fois-ci, encore. Yeux ainsi que la bouche grands ouverts, il devait avoir une illumination si bien qu'il y eut une sacrée distance en très peu de temps. « Rose Tyler je crois que j'ai trouvé une idée pour recharger le tournis. Vous êtes merveilleuse » Un petit sourire en coin, l'air faussement gênée, je repoussais une mèche de cheveux vers l'arrière telle une star avant de répondre tout naturellement. « Oui, on me le dit souvent ! » Demi-tour puis un baisé sur le front. Je ne m'en lasserai jamais. Mais trêve de bavardage, il fallait s'attaquer aux choses sérieuses. Notre problème majeur après le TARDIS était la panne du tournevis sonique, ou plutôt des tournevis. Mon regard se porta vers le haut. Le son de la cloche retentissait dans la ville entière. « Big Ben est une source d'énergie plutôt importante, non ? » Et c'était une occasion de se servir de cette énergie pour autre chose qu'indiquer l'heure.

Spoiler:
 

_________________

.i'm never gonna leave you ~
i dreamed i was missing, you were so scared but no one would listen cause no one else cared. after my dreaming i woke with this fear what am I leaving when I'm done here. and don't resent me, and when you're feeling empty keep me in your memory. leave out all the rest. leave out all the rest.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

i'm burning up a sun just to say goodbye

Messages : 345
Date d'inscription : 01/10/2012
avatar : David Tennant

à l'intérieur du tardis
disponibilité rp: pas dispo.
Les gens à prevenir:
boîte à outils:
MessageSujet: Re: i'm burning up a sun just to say goodbye (rose+ten)   Ven 16 Nov - 14:26


Vous savez, il n'est pas aveugle, il s'en est rendu compte, et bien avant vous tous. C'est le Docteur, il sait tout de tout et vous croyez qu'il ne s'était pas rendu compte, Vous croyiez vraiment qu'il ne s'était pas rendu compte de l'amour qu'il portait a Rose Tyler? J'aimerais vous expliquer, il l'aime depuis le premier jour, enfin plutôt la fin du premier jour, quand il lui à demander de venir avec lui alors qu'ils venaient de se faire attaquer par des mannequins en plastique. Il est tombé amoureux de ses erreurs, de son mauvais caractère, mais aussi de cette fragilité qui l'a rendu plus forte vers la fin. Elle fut la première de ses compagnes depuis longtemps a être entrée dans son cœur sans en ressortir, et qu'il espérait qu'elle n'en sorte jamais. Il l'a regarda l'adolescente de dix neuf ans qu'il rencontra et qu'il vit grandir pas seulement en âge mais en sa personne en son âme. Rose Tyler était une personne parfaite pour lui, c'était beau et merveilleux. Lorsqu'il s'est revu avec sa nouvelle tête, lorsqu'il s'est revu avec sa onzième tête, il avait eu un mal aise. Il était fatigué déjà maintenant, fatigué du mal qu'il cause à ceux ou celles qu'il fréquente mais aussi fatigué du mal qu'il procure à la Terre en général. Lorsqu'il s'était vu avec son onzième visage il avait pensé qu'il n'y avait pas Rose, mais que l'histoire commençait à se faire réellement, réellement longue.

il l'a regarda presque en étant étonné. Il savait qu'elle était très intelligente et il savait qu'elle avait appris énormément de chose en étant séparé de lui. Elle avait su se débrouiller seule et elle a du travailler des tonnes pour pouvoir réussir à réussir à essayé de se revoir et surtout elle à du travailler des heures pour créer le petit quelque chose qui lui à permis de passer de l'autre côté de la barrière des mondes. Il leva les sourcils et lui fit un énorme sourire. « C'est tout à fait cela ! Big Ben est bien plus qu'une bonne source d'énergie, Big Ben est la source d'énergie. » puis il se précipita vers son tournevis sonique, et il recourut ensuite vers le moteur de Big Ben qui était entrain de narguer de Docteur avec ses tic tac incessant. Puis il commença à courir partout, il commença à courir dans tous les sens, se trifouillant les cheveux avec ces mains comme à son habitude. Enfournant ces lunettes sur son nez avec violence, il enleva son imperméable et le jeta sur le sol assez propre de Big Ben. De toute façon ce n'était pas le plus important, le plus important c'était de remettre le temps à son temps actuelle. « Si j'arrive à synchroniser le tournevis sonique et le moteur de Big Ben à la bonne intensité, j'arriverais à recharger la batterie du tournevis, un peu, juste assez pour pouvoir faire le diagnostique du TARDIS. » puis il reprit sa respiration et commença à regarder le tournevis dans tous les sens en sortant sa langue « Avec le Tournevis rechargé, et le diagnostique du TARDIS, trois Docteurs, on réussira à soigner le vaisseau et à remettre tous le monde dans sa ligne temporelle. » Puis il s'arrêta dans ces dires. Il était dos à Rose Tyler, il releva la tête de son tournevis. Il venait de se rendre compte de ce qu'il venait de dire. Il venait de dire qu'il allait la renvoyer chez elle, sans lui. Puis il déposa son tournevis par terre et se retourne vers sa Rose en lui déposant la main sur sa joue. « j'aimerais faire passer mes envies avant les besoins de cette terre. » puis il la regarda dans les yeux et les ferma. Trop de pression d'un coup, même pour un docteur. Jamais il ne prenait de décision sentimentale, c'est vrai, et Rose le savait, il ne trouvait que des alternatives et ils savaient que coute que coute il aurait du renvoyer Rose chez elle, et si il s'accrochait de nouveau a elle, elle souffrirait encore une fois. Une fois de plus, il dois de trop. « mais il est hors de question que tu souffres de nouveau en rentrant chez toi » et il lui embrassa la joue. Les gens voudraient être des Seigneurs du temps, et lui aurait échangé sa place contre n'importe quel humain.

Spoiler:
 

_________________

~no light, no light in your bright blue eyes.~
Felt it in my fist, in my feet, in the hollows of my eyelids. Shaking through my skull, through my spine and down through my ribs. No more dreaming of the dead as if death itself was undone @ tumblr, lj + florence and the machine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 41
Date d'inscription : 17/10/2012
avatar : Alex Kingston

à l'intérieur du tardis
disponibilité rp: disponible
Les gens à prevenir:
boîte à outils:
MessageSujet: Re: i'm burning up a sun just to say goodbye (rose+ten)   Mer 28 Nov - 7:12